Bombardier américain B-17

 

 

Bombardier lourd américain
Long 23m,  larg 32m

 

 

       Attaqué et endommagé par un chasseur, il tente de se poser à Calvi mais il est contraint d'amerrir avant.

   Crash le 14.02.1944.
       L'avion repose au Nord des remparts de la citadelle, au pied d'un petit phare vert, sur un fond de posidonies par 28m de profondeur. Dès les premiers mètres, on rencontre des débris d'alu.

        Au pied du tombant à 20m de profondeur, se trouve un petite plage de sable, puis un éboulis de grosses pierres.

        On commence à distinguer la silhouette de la forteresse volante, l'avant point‚ vers la citadelle. Le nez vitré du bombardier à totalement disparu, on peut admirer le poste de pilotage, les deux sièges avec leur blindage et les commandes des gaz. La tourelle dorsale a disparu, mais la crémaillère qui l'entrainait existe encore. Le fuselage s'arrête net après les ailes, par l'ouverture béante, on peut observer la soute, avec les montants qui supportaient les bombes. Les ailes sont pratiquement intactes, malheureusement des "vandales" ont scié la plupart des pales d'hélices. L'un des moteurs s'est affaissé, de ce fait on peut observer les cylindres.

    En s'éloignant de l'épave, on rencontre un train d'atterrissage et quelque débris sans intérêt.

 

        Le B17 fut probablement l'avion le plus "glamour" de la seconde guerre mondiale. Cet appareil américain commença sa carrière militaire en 1941, il fut utilisé sur pratiquement tout les théatres d'opérations. Son surnom : "forteresse volante", vient de son armement défensif très important (13 mitrailleuse). en 1944, après le débarquement en Italie, des escadrilles sont basées au sud de ce pays. Le 14 février, le B17G "baron" (Nø42-31044), attaque la gare de Vérone avec sont escadrilles, 97ème Groupe de Bombardement. Des Chasseurs allemands endommagent l'appareil, tuant le radio et deux mitrailleurs. Le pilote Frank Chaplick comprend que son avion est incapable de rentrer à la base, il prend la direction de l'aérodrome de Calvi. La piste est trop courte, après un tentative infructueuse, il décide d'amerrir. Il cabre l'appareil juste avant de toucher la mer, l'empannage se brise à ce moment. L'avion demeure en surface assez longtemps pour permettre au sept survivants de l'évacuer à bord des radeaux.